aucunes contributions A LA MONTAGNE DE DECHETS


Une rénovation traditionnelle de la plomberie nécessite d’importantes intrusions dans un bâtiment, et tout ce qui est cassé doit être réparé et évacué quelque part : à la décharge. Il va sans dire qu’en moyenne, tout appartement dont il faut rénover la plomberie génère 1,4 tonne de gravats, dans certains cas de nature toxique.

Par exemple, il peut y avoir de l’amiante dans le mortier du carrelage et du plomb dans les anciens raccords de tuyaux. Les substances dangereuses ne provoquent aucun dommage tant qu’on n’y touche pas. Mais dès que vous démolissez des murs et des sols, elles se libèrent et après avoir contaminé le bâtiment, elles continuent à contaminer à la décharge, avec le risque important d’un possible démarrage de libération dans la nature.

En considérant les besoins de rénovations des habitations construites dans les années 50, 60 et 70, c’est un problème crucial d’un point de vue écologique. Multiplier 1,4 tonne de déchets par tous les appartements dont il faut refaire la plomberie et le résultat va afficher une énorme quantité de gravats. C’est ce qui se produit si le travail est fait de façon traditionnelle.

Avec la méthode Proline, on installe de nouveaux tuyaux sans avoir besoin de démolir. Il n’y a donc pas de dégagement toxique dangereux dans la nature. Nous recyclons même les anciens tuyaux puisque nous les utilisons comme moules. Le matériau que nous utilisons dans la méthode Proline est du polyester sans styrène qui est recyclable. En plus de tout cela, notre méthode de même que notre matériau contribuent à de bonnes pratiques pour l’environnement.

Il n’y a pas de bruit, pas de poussière, et moins de dégâts par l’usure et la détérioration puisqu’il n’y pas besoin d’outils de démolition. La méthode Proline prouve qu’il est possible de combiner une rentabilité économique avec le respect de l’environnement et qu’elle crée des solutions qui sont plus compétitives que les méthodes traditionnelles.